Actualités

Des agents de sécurité malmenés par temps de COVID-19

  • PARTAGER L'ARTICLE :

 

 

 

Grève de tout tous les agents de sécurité affectés sur le site de CARREFOUR LATTES, avertissements, rétrogradation - arrêts maladie -  saisines multiples du Conseil de Prud’hommes de MONTPELLIER pour violation de l’obligation de sécurité + demande de résiliation judiciaire des contrats.

Début décembre 2020, les vigiles d’une société de surveillance et sécurité entamaient une grève illimitée relayée par la presse, déployant des banderoles avec ces mots d’ordre : « Stop menaces, intimidations, harcèlement, conditions de travail inacceptables, protection de la santé des agents. »

En cause, des tâches et consignes nouvelles imposées par la société CARREFOUR et leur employeur consistant à leur imposer la prise en charge de la désinfection des mains et caddies de chaque client entrant dans l’hypermarché, sous peine de sanctions et menaces pouvant aller jusqu’au licenciement.

Les agents en colère font valoir que :

- non seulement ces nouvelles fonctions particulièrement chronophages à l’échelle du plus gros hypermarché de la région, ne figurent ni dans leur contrat, ni dans le cahier des charges et sont par conséquent totalement iniques au regard de leur statut d’agent de sécurité,

- mais surtout qu’elles les détournent de leur mission principale, renforcée en cette période de fêtes et de plan Vigipirate

- et les mettent en danger physiquement, puisqu’elles ne permettent pas le respect des gestes barrière et multiplient au contraire les risques de contamination.

Les procédures judiciaires sont en cours !